3.5.12




                                                                               [  blog En Cours d'Actualisation  _ Actualization on process by Kaley Begal 

 


Kaley begal (dimunitif de Kaley Be galactik , nom d’artiste pour Landry Wamba) né en 1982, à Kinshasa en R-D-Congo : est un artiste peintre plasticien autodidacte ; naturalisé Français en 1999-2000.Il vit à Lyon, en France, depuis à peu près l'an 1996.
Il évolue en tant que professionnel des arts plastiques depuis l’an 2003… En Céssation d'activité professionnelle en septembre 2014.
----Reprise d’activité professionnelle dans les arts plastiques depuis le 25/01/2018.

--Kaley Begal (short name from Kaley Be galactik, real name :Landry Wamba) was born in 1982, at Kinshasa, in R-D-Congo. He is a painter and plastician, a self-taught. Living in LYON_69, FRANCE since (next) 1996. He’s got French nationality by naturalization since 1999-2000.
He work as a professional artist_ self-employed since 2003 ... By cessation of business activity in September 2014.
----He is a self-employed artist, again, since 25 /01/2018…
 
                                                            BIOGRAPHIE _ version courte (another languages versions coming soon,  he do the best for...) 

Vouant un intérêt particulier pour les images, vers l'âge de huit-neuf ans, Kaley.B déssine déjà avec tous les outils à sa disposition. S’inspirant alors de bandes-déssinées et de décorations pour enseignes de magasins.
Dés 1991, c’est en France que se poursuit son chemin... Et sa curiosité pour le dessin puis les arts-plastiques va grandissant...  La découverte du Graffiti-art en 1997 accélère son désir d'une immersion rapide dans les arts plastiques...

Abandonnant ses études secondaires fin 1999, il en préserve une certaine curiosité pour diverses formes de sciences humaines : histoire, astronomie, évolution du vivant (anthropologie)... 

A partir des années 2003-2004-2005, c’est à travers une documentation de plus en plus frénétique, et en visitant quelques galeries d'art de Lyon, puis en ré-explorant à sa manière les travaux de certains « grands créatifs» des courants d'expression artistique connus (…classique, moderne, contemporain…) que K.Begal apprend des arts graphiques et visuels : Tout en recueillant ce qui participera à élaborer sa propre identité artistique. 
Ceci allant, à l’instar de « ces grands créatifs», il s'affirme alors chez lui un désir encore plus fort de se constituer un univers graphique tout à fait original, où les créations qui en découlent reflètent toutes cet axe graphique principal et authentique qui leur est inhérent. C’est-à-dire : un univers graphique qui lui ouvre une grande liberté de création autant dans une quête de styles que pour ses besoins de mettre en valeur des aspects liés plus à des questions technicité et de matières...

Au fil du temps, accompagné de cette vision un peu systémique* de l'expression artistique, il apparaît clairement dans ses créations une vraie fascination pour la manière dont certaines interactions se manifestent dans un espace-temps donné. Ainsi, Kaley.B observe les rues, les routes, les gens, la circulation dans l'espace urbain, et compare ensuite tout ceci à d’autres choses « semblables » en activité : tels les réseaux internes des corps vivants ; réseaux sociaux ; astres, galaxies et constellations en astronomie etc. 
C'est aussi à partir de là, vers l'an 2005, que K. Begal  commence à remarquer ce qui sera le moteur principale pour de nouvelles impulsions d'observations au niveau graphique. En effet, à travers ses nouvelles lectures et autres documentations  de plus en plus ciblées sur les Arts graphiques, puis de tout ce qui peut se rapporter aux Arts en général, et finalement aux questions se rapportant sur les formes et sens d'e  l'Expression définit comme la NOTION de CREATIVITE et ses LOIS_Vérités_Fondements UNIVERSELLES  connues, que l'artiste remarqua un fait intéressant. Que ce soit dans les sujets des revues de presse grand public en Sciences concernant l'Univers interstéllaire ou l'évolution des Organismes Vivants _ en passant par la Préhistoire, l'art des motifs dans la Protohistoire et leurs premières formalisations culturelles ou cultuelles, en passant par la place de ces Arts dans les Civilisations Antiques. Ainsi de suite jusqu'à ce moderne et contemporain_ Et, tout lui ramena en conclusion que un POINT en tant que motif_signe_ reste toujours la manifestation la plus élémentaire et fondamentale de toute formalisation concrète_ écrite donc pour tout forme de languages. c'est ainsi que K. Begal décida lui-aussi de repartir de ce point, ce rien dans un espace_plan donné et développer ses observation en ne se basant que sur la logique graphique_visuelle pour former des combinaisons de variations graphiques. Ainsi de trier et retenir les plus variations graphiques les plus intéressantes en matière de structurations _ géométriques surtout.
Autodidacte, ces années-là,  les rayons des livres en magasins, puis dans la grande Bibliothèques de la ville de Lyon "re"-devinrent soudain ses plus grandes sources de documentations _ pour lui qui jusque là, s'était toujours contenté de seulement de parcourir les images des livres. Mêmes lorsqu'il était questions de ses sujets favoris, la Science-fiction et les Arts-Graphiques...
Voilà qui, naturellement, ré-orienta aussi sa curiosité vers les théories déjà avancées par d'autres avant lui-même,
Eux, grands artistes bien connus à l'échelle internationale. Des théories devenues aujourd'hui élémentaires dans les arts plastiques et bien d'autres domaines d'activités. Tel le mouvement dit « Mouvement moderne»…dans l’architecture et l’urbanisme…
L'impulsion finale vers la découverte de son nouvel Axe graphique lui fut donnée par une observation de l'agencement de ville et ses communes environnantes la nuit vue à partir d'une place située sur les hauteur du centre-ville de Lyon (Lyon 5) où il avait commençait régulièrement à aller (y dessiner, etc). Et, en comparant l'agencement général de ce panorama urbain nocturne avec ses concentrations de lumières en quelques endroits et distances avec ce que nous pouvons tous voir d'un ciel étoilé comme lui-même l'avait aussi ce soir_cette nuit-là, Kaley Begal remarqua que les éléments graphiques qui manquaient à l'ensembles de ses échelons de nouvelles représentations visuelles structurées (combinaisons de variations  graphiques _ géométriques, etc) c'était qu'il lui fallait ajouter et déssiner aussi la manifestation de l'acte des déplacements visuels accomplis par l'oeil entre ces ensembles de variations... 
 
L' an 2006 n'est donc pas n'importe quelle année dans l'oeuvre artistique général de Kaley Begal, c'est cette année-là qu'il trouva, conceptualisa et réalisa les premières bases de son axe graphique général que nous lui connaissons depuis et aujourd'hui. C'est aussi au cours cette même année-là 2006_2007, qu'il formula sa toute première classification manuscrite répertoriant les différents échelons les plus significatives relatifs aux systèmes de combinaisons de variations graphiques... Dans cette voie-là il est important de retenir que ces genre de classifications ont pour lui-même une valeur d'aide mémoires symboliques. Tant dans ce type d'axe graphique général quelques soient les niveaux d'observations choisies les possibilités graphiques apparaissent de-facto comme infinies.  
La force générale des observations artistiques de K. Begal est donc de lui permettre, en premier lieu, d'acceder à cette capacité_compétence de savoir remarquer le plus rapidement quelles en sont les échelons_systèmes complexes structurées de ces genres de combinaisons graphiques les plus intéressantes à des fins de viabilités usuelles, d'applications commerciales, etc...

En 2008, Kaley.B finit par synthétiser ses observations... Retenant donc ces possibilités infinies de transformations, de combinaisons et de structurations relatives à tous ces caractères, lignes, courbes, symboles et formes élémentaires. Que l’on peut, pour une partie, retrouver dans les différents alphabets et langages de nos « Cultures » (actuels, antiques, préhistoriques…). 
Dans le sillage de ce premier Challenge_defi personnel accompli, il engagea aussi l'étude et la production d'un nombre suffisant d'autres créations qui fassent la démonstration de son potentiel dans un maximum de genres et catégories de créations.
Puisant désormais ses impulsions d'inspirations d'abord dans cette configuration d'observations générales qui suivent cette grande  méthodologie imposée par les rigueurs graphiques attachées  aux fondements de son nouvel approche de base . 
En tant que lien originel et inhérent : l'emprise de ses rigueurs d'écriture transparaissent directement à travers la manière dont elles se répartie  à travers les grands genres d'interprétations ABSTRACTION / FIGURATIF / SYMBOLiSME-POP. 
Le tout est ensuite subdivisé en ses multiples catégories de thématiques [PORTRAITS, THEMES GENERAUX/ ABSTRAITS / SCULPTURES / DESIGN de STYLES (valorisations d'Esthétiques pour les produits du Quotidien) / DECORATIONS. 
Autour de de tout ceci viennent ensuite s'agencer ses différentes séries de créations au-delà des différents supports et médias relatifs : TABLEAUX /FRESQUES MURALES / PHOTOGRAPHIE _ VIDEOS _ INFOGRAPHIE  etc) .  
A son tour, tout cet éventail de nouvelles possibilités d'expressions artistiques et de de tendances graphiques nourrit les multiples facettes stylistiques et lyriques qui accompagnent ensuite toute sa sensibilité,  dans cette effervescence  unique qui anime toutes ses créations depuis.
 
Avec un tel univers artistique prenant bases directement dans des les fondements de logiques rigoureuses comme celles de la géométrie (par exemple) Kaley Begal se plait dans ce potentiel de d'applications graphiques illimités d'où il peut offrir les meilleurs voyages visuels. Explorant sa Créativité au gré de notre Environnement. 
Sa première source d'inspiration: l'univers et ses grands aspects Cosmiques (La Notion de création, Le Temps, La Dualité, Le Renouveau, La Matière, Galaxies_Astres _ planètes, etc.
Depuis toutes ces figures géométriques et tous caractères élémentaires lui procurent une base de technicité et de style qu’il développe, tantôt à foisonnement, jusqu’à la révélation véritable de ses sujets…
Il évolue donc aujourd’hui dans un univers artistique où il aime explorer, sublimer, donner une autre vision graphique de ces grands concepts universels, que sont la CREATIVITE, l’INTERACTION, l’INFINI, déjà...
 
 
* systémique :
 De la systémique (théorie générale des systèmes),  holisme...


**  la 3D ou Lettering-3D):
Est un style typographique dans le Graffiti-Art connu, surtout, pour le développement d'un maximum de réalisme donné aux lettres . 
Plus largement c'est dans cette partie du Graffiti et Street-Art que  l'on retrouve le plus de caractéristiques liées au DESIGN, au sens général et de ses applications commerciales découlant de cette expression (Dessein et Dessin)...
C'est un style représenté dans le graffiti-art par des artistes maîtres du genre qui avaient déjà une  notoriété internationale dés les débuts  des années 2000, même auprès de certaines galeries d'Arts... Comme, par exemple, lors de certains festival autour des cultures urbaines (...Hip-Hop)"émergentes"
dans la ville de Montpellier et Grenoble vers en l'an 2003 ...
 
[-- Uk : Kaley Begal's FIRST PROFESIONAL ART BOOK, MADE BY MYSELF, in preparation since 2011- 2012
-- ESP :El PRIMER LIBRO DE ARTE de Kaley Begal  PRODUCIDO POR MI MISMO, en preparacion desde 2011_2012
--Fr : Premier livre d'art professionnel de Kaley Begal, réalisé par moi-même, en preparation de puis l'an 2011-2012
Ecrit et rédigé par l'artiste.
 [ CorrectO 09/2020 ]
                                                                     
 



Voici une petite description rapide de quelques de configurations matérieles(…) et étapes qui lui ont permis de forger un tel Axe graphique et la promotion relative, et « d’apprendre » à défendre tout cela.

[---Ainsi déjà Pour les besoins d’une certaine cohésion et fluidité de la lecture de toutes ces documentations (Visuels et textes) pour l’instant concernants certains évènements cités ci-après il ne sera pas donné plus amples détails_ _. ]



Kaley begal n’est pas issue d’un milieu aisé financièrement. [Ce qui aurait pu potentiellement l’aider à quelques moments comme, par exemple, pour avoir une plus grande autonomie commerciale en Arts à travers un espace d’exposition_atelier personnel où exposer comme bon lui semble ses créations au fure et mesure de son évolution….] Soit !

Il est parti de la REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE du CONGO_KINSHASA en l’an 1991, laissant derrière lui un contexte géopolitique où il apparaissait déjà les prémices des guerres civiles qui allaient suivre. Laissant derrière lui sa mère biologique et son fils_premier petit demi-frère bébé lors de son départ. Un contexte de liens familiaux-proches marqué déjà par quelques dissentions. Il n’aura plus la possibilité de revoir ces deux-là pour causes de tout le contexte perturbé et torturé dans lequel il allait très vite commencer à vivre en France. Un contexte qui, avec le temps, allait ne lui procurer que abscences d’accès aux informations sur l’existence ou non encore ce petit demi-frère (dont il ne connait pas le nom de famille) et cette mère là… Ainsi avec les années passées les informations à leurs sujets, pour k. Begal , sont devenues de plus en plus inaptes à toutes fiabilité… Soit !



Il est arrivé en France, en 1991 (ayant atteri à PARIS_si bons sont ses souvenirs à ce sujet là) il fit ensuite un bref passage de quelques jours dans le secteur de la « Duchère » à Lyon, où les grands ensembles de bâtiments typiques de ce secteur habitation (visibles jusqu’au loin dans Lyon) ne manquèrent pas de l’impressionner visuellement. Puis il rejoint la ville de SAINT-ETIENNNE auprès d’une nouvelle configuration familiale autour de son paternel. De cette famille-là Landry W. (Kaley Begal aura deux petites demie-sœurs…

Il intégra une année de cours d’initiation intensive à aux bases d’expression de la langue française. Puis il rejoint le cursus scolaire commun, en primaire.



En Arts visuels : il n’a pas fait une grande école d’art. A part ce qui il a appris du cursus scolaire commun il s’est surtout formé en autodidacte.



Environs avant l’an 1996 , Il a résidé dans la ville de SAINT-ETIENNE ( LOIRE, 42, non loin de LYON, France).

Et vers et vers l’an 1994, âgé d’environ 13 ans, il fut pris en charge une première fois par un foyer dans la commune de FIRMINY (Commune voisine de Saint-Etienne) et il fut scolarisé au collège dans une commune à côté _UNIEUX ( Département de la Loire). Là au collège il commença l’apprentissage de bases de d’expression de la langue Anglaise.

C’est aussi dans ce collège là que, pour la première fois, il fut marqué les possibilités d’agencements des dégradés de couleurs, à travers les travaux artistiques d’autres élèves exposés en exemples durant les cours de dessins, et représentant des châteaux imaginaires typés orientals …



Outre ses influences issues des bande dessinées, puis quelques personnages et décors de films de cinéma (du genre science-fiction et Kung-Fu) en France il fut influencé par le graphismes des jeux vidéos de combat, un manga d’origine japonais en particulier décrivant l’histoire d’une célébre famille de super guerriers ayant les cheveux jaunes lorsqu’ils décuplent leurs pouvoirs, puis il y eut quelques comics-books américains. Et en fait : c’est de l’un des super-héros soldat d’un ancien comics-book qu’il tira en acronyme déformé son pseudonyme de K.LAY d’après CLAYMORE…



Il a découvert le Graffiti-Art et le Breakdance quasi-en même temps, vers l’an 1998, dans une MJC (genre de centre social pour jeunes) à RILLIEUX-LA-PAPE _commune voisine de LYON. Pour le graffiti cela fut à l’occasion d’un court atelier donnée par un artiste du genre. Très vite K. Begal il orienta très vite son intérêt pour un développement personnel dans la partie Lettring-3D _ Genre Typographique explorant l’aspect très réaliste des Letrres. C’est la partie du graffiti-art où l’on retrouve le plus certaines valeurs relativess au Design… ( signant ZESP.R puis K.LAY one ou King, et finalement depuis vers l’an 2009 Kaley Begal)



Et ses découvertes de nouvelles disciplines artistiques se passèrent peu de temps avant sa séparation définitive avec « ses nouveau parents»…

Peu avant cette séparation il fut secouru quelques jours, tour à tour, par trois différentes familles de certains élèves de sa classe au Lycée, qu’il ne connaissait que peu encore… Et peu après il fut repris-en-charge successivement par plusieurs foyers.

En l’an 2000, suite de tout ces évènements-là il était constitué pupille de la nation française, et par proposition judiciaire relative, selon la loi, il put choisir, et choisi de porter seulement la nationalité française par naturalisation donc. [en l’an 2015_2016 cela allait faire donc le dépassement de 15 ans délais pouvant entrer en compte dans un certain cadre d’intérêt de certains de ses détracteurs… selon projet de loi e vigueur concernant la déchéance de nationalité … il apprendra cet aspect sur le tas face à une succession d’évènements que seront décrits après, un peu… Lui incitant à certains degrés de colère, et le conditionnant (…) quelques peu en conséquences de commettre un éventuel mauvais acte (un malheureux incident visuel par exemple…) de sa part comme pour le relier au cadre défini par ce projet de cette loi-là…] Soit ! ….



En l’an 2001, il fut arrêté par les agents de police, jugé rapidement, et incarcéré aux anciennes Prisons Saint-Paul _ Saint-Joseph de Lyon (ensemble de Bâtiments aujourd’hui disparus…). Les motifs étaient que Landry W. avait été reconnu en centre-ville par les policiers concernés, pour effectivement avoir commis plusieurs délits ou tentatives de racket avec menaces d’arme blanche (couteau)… Durant certaines soirées, en l’espace d’environ un mois, dans les rues du centre ville, vers les Quais du Rhône, niveau Tête-D’or et Hotel-de-Ville, il avait reclamé à ses victimes monnaie, 2 ou 3 téléphones portables en tout (qu’il avait revendu de suite recupérant « simplement » la monnaie pour se nourrir, ou encore il avait reclamé des cigarettes. Ses victimes des hommes pour la plus-part _ une fois un couple homme_femme quasiment tous adultes et bien plus âgé que lui… On ne comptant pas de manifestation d’un handicap physique qu’il aurait causé à ses victimes, fort-heureusement. Mais bien-sur leurs dommages psychologiques ne peuvent être minimisés.

Tout cela était aussi conséquences d’une certaine grande désillusion personnelle temporaire et générale, et moments de solitudes quant à son avenir, par lequel il passa durant ce court mois précédant son incarcération.

Il était âgé d’environ 19 ans. Peu impressionnant physiquement, mais avait sûrement et pourtantvoulu aussi peut-être se surpasser et se montrer plus existant… pour quelques autres raisons…

En prison il continua de se performer au dessin et choisi de ne se faire aucun autre camarade que un autre breakdanceur qu’il connaissait déjà. Ensemble ils participèrent à quelques festivités internes à la prisons en réalisant une petite chorégraphie de Breakdance.

Malheureusement, quasi-en même temps et non informé (si bons sont ses souvenirs à ce sujet-là) K. Begal manqua de participer à un atelier de graffiti-art qui était donné par deux graffiti-artistes lyonnais. Des artistes qu’il connaissait vaguement surtout par leurs travaux déjà vu dans des Spots (lieux de graff’ improvisé). Mais il les avaient reconnu de loin, vacant à ce petit atelier de graffiti-art durant son transfert entre les deux bâtiments principaux de ces anciennes prisons…

Il passa sa peine, dans une profonde solitude, sans la moindre visite venue de l’extérieur ou de somme d’argent mandat-cach.

Il ressortit de là après 8 mois fermes (sur les dix prévus) pour bonnes conduites, mais assortis d’environ 6 mois de sursis (un concept qu’il découvrait)…

Et sortit de là il décida de se consacrer entièrement à l’aboutissement de ses ambitions artistiques… Ainsi, de plus en plus tournées vers les arts-Graphiques au niveau professionnel et commercial.



En l’an 2003, dés qu’il résida dans un foyer à VILLEURBANNE (commune voisine de LYON _ Secteur GRAND-CLEMENT) il appri là à développer mieux l’expression de sa propre sensibilité, jusque là plutôt restreinte, un peu comme ses liens sociaux avec les autres… Cette ouverture à une plus large sensibilité durant ses moments de créations allait contribuer à ce qu’il franchisse une nouvelle étape cruciale…

Aidé aussi et surtout par la configuration de certains dons inconditionnels (…) venant de l’ex-petite amie de cette période, malgré les peu de leurs ressources. Lui donnant par la même occasion le complément nécéssaire d’un certain confort matériel, social, de temps, ainsi que de bases de connaissances pour construire la diffusion et la promotion de sa communication professionnelle autour de ses création (….) dés le démarrage de son professionnalisme en Art en tant que entrepreneur individuel indépendant.



Vers l’an 2005 il fut invité à faire une brève allocution lors d’une petite réunion dans les locaux des bâtiments de L’Hotel-De-Ville de LYON (Lyon 1er arrondissement) en présence de certains représentants gestionnaires de l'essort culturelle dans certaines collectivités locales de la métropole de Lyon. En quelques phrases K. Begal évoqua le manque de dispositifs mis à disposition pour la libre expression des cultures urbaines. Il aurait peut-être dû aussi mieux insister (…) qu’il s’agissait pour lui du sujet de murs d’expressions libres pour les graffiti-artistes. Comme celui qui a existé à VILLEURBANNE depuis vers l’an 2003 et 2016 _secteur REPUBLIQUE…

En faisant allusion à ce manque de murs-là, Kaley Begal (K.lay à cette période) se référait personnellement à ce qu’il avait vu dans les centres-villes de villes comme Montpellier, Grenoble, et un peu Marseille (où il fut de passage réalisant une fresque de graff’ collectif avec quelques camarades_ à cette occasion il perdit son ancienne carte d’identité) En tous cas dans ces villes-là il avait pu remarquer une présence des décorations de type graffiti-art mieux autorisé en fonction des différents lieux_supports.



L’an 2006, Son premier grand aboutissement de ses recherches_un Axe d représentations visuels nouveaux a été rendu possible grâce à, principalement, la combinaison de trois « grandes » commandes de fresques. La première fut une réalisation sur les murs d’une école primaire à VILLEURBANNE (incluant ce qu’il voulait devenir un hommage personnel à l’un de ses artistes allemand favoris évoluant dans le style Lettring-3D…). La seconde fresque, sur bâche, était pour un salon d’évenementiel et eu pour thème principal l’agriculture et les champs. La troisième, plus longue et plus grande encore, a eu pour thème principale Les Droits de l’Enfant, incluant la mémoire du psychiâtre Stanislas Tomkiewicz. Sur ces trois fresques-là il y eut tantôt la participation de certains enfants et de leurs professeurs des écoles primaires concernées, ou se trouvant à proximité de ces fresques. Et pour la fresque sur bâche terminée en direct-live devant le public, les volontaire avaient pu participé cette finalisation de la création. Puis il y eut une autre commande plus petite sur les murs d’une entreprise fabriquant de grandes machines véhicules de l’électricité (ce fut le sujet réaliste de la création) …

Ses grandes fresques-là étaient encore réalisées dans un style réaliste assez simple (hormis le travail des dégradés de couleurs) pour la quasi-totalité des sujets_motifs figuratif. Mais dans la plus grande de ces fresques (visible aussi par un très large public) celles sur les Droits de l’Enfant fut celle dans laquelle kaley begal inséra un lettrage_Graff’ complet première démonstration concrète d’un des aspects de style issue de sa nouvelle démarche graphique.

[Aussi il avait lu le livre de ce psychiâtre cité dont le titre décrivant en soi une Adolescence Volée, rappelait un peu Kaley Begal certains aspects de son vécu personnel. La lecture de ce livr, qui lui avait été conseillé par un nouvel ami, lui aida quelques peu à aller au-delà de ses souffrances personnelles pour trouver la force de continuer vers l’émancipation de ses ambitions professionnelles, etc…

En tous cas après avoir dépassé ce premier grand challenge graphique, il obtint pour lui une forme de légitimité graphique pour la continuité du développement de ses projets… D’ailleurs, avec en tête ses perspectives espoirs commerciaux plus développés aussi il pensa ne jamais avoir à devoir évoluer dans une tel lieux que celui de foyer_logement social dans lequel il vit depuis Décembre 2015. Il avait vu le bâtiment d’un de ce type de foyer-là durant un de ces trajets principaux alors qu’il habitait VILLEURBANNE entre_ environ la fin de l’année 2005 et le cours de l’année 2007… Il subit aussi plusieurs pertes dont un vol de son ordinateur portable de travail et des documents personnel…



Ces années-là aussi, il fut interviewé par une petite équipe de télévision d’une chaine locale sur ses activités d’artiste. Mais avnt diffusion du mini reportage relatif le sujet était un petit malentendu car Kaley Begal (K.lay) évoluait simplement en tant que Micro-entreprise individuel pour statut professionnel et n’avait pas bénéficié pour cela du montant d’un fond de solidarité désigné « Micro-crédit » pour les jeunes entreprises… Soit 



2007 à 2009, à la suite à un contre-coups de divers difficultés financières causés par ses choix investisments personnels pour le développement graphique de ces travaux, un contre-coup commercial incluant des menaces de saisies de matériels des huissiers de justices_Ainsi, d’abord en quête à nouveau d’un lieux d’hébergement, K. Begal trouva refuge auprès « un ancien camarade » retrouvé installé dans un appartement en plein centre-ville de LYON avec d’autres de «ses camarades (…). Là, en centre-ville il se retrouvait non seulement plus proche (physiquement) de certaines grandes manifestations culturelles et artistiques. Mais aussi plus proches du nombre plus elevé de Galeries d’art de Lyon. Et au milieu de ses « noveaux camarades » K. Begal put développer mieux ses liens sociaux.

Cette période d’émancipation culturelle et professionnelle plus intense lui inspira une série de tableaux de portraits nommé «SMILES-SOURIRE à la VIE », réalisé dans un style avec ses applications de contrastes de dégradés alliés à ses motifs de structurations linéaires de formes géométriques (…) qui pour l’instant venaient en sur impréssion orner la composition générale de ses tableaux_ Tous aux mensurations tournant entre 80 centimètres de large (au minimum) et 1,90 mètres de hauteur maximum…



2011, il intégra la sélection des artistes exposé dans une des plus grandes galerie d’art du centre-ville de Lyon… Il est remarqué pour ses tous nouveaux tableaux de portraits ressemblants à leurs sujets d’origine _ dont un grand autoportrait réalisés tout en lignes multicolores entrelacées.



Après avoir vu des tableaux de styles LOW-BROW et Pop-Surréalistes exposés dans une autre galerie d’art, elle aussi située en plein centre-ville, cela participe à lui donner impulsion définitive pour attaquer la réalisation avec des thématiques du genre… Mais K. Begal orientera ces thématiques à lui basées sur des motifs graphiques ou des personnifications symboliques directement aussi puisés dans des références relatives à des grands concepts et grandes Idées ancrées dans le concret Quotidien (...)

Cet aspect-là est bien moins visible dans ses créations de type abstraits.



Il a fait partie des artistes qui ont exposés leurs tableaux dans le Grand Palais de Justice de LYON (Lyon 3 ème arrondissement) durant une exposition collective, vers l’an 2012, organisée par une ancienne Association pour la Notoriété et la Promotion des Artistes. Association avec qui il collabora jusqu’en l’an 2013. Voir sur internet :  assoanpa  [l’ensemble des initiales du nom de cette association sonne comme celui d’une autre association de soins pour des addictions à l’alcoolémie ,etc_dont Kaley Begal n’a jamais fait partie) mais ce sont bien deux associations qui n’ont absolument rien à voir concernant les perspectives de développement de leurs activités respectives].

Et avec cette association-là qui oeuvre dans les Arts plastiques (Beaux-Arts) vers l’an2012, Kaley Begal participa aussi à une vente aux enchères autour du Street-Art dans une maison des Enchères de LYON. Il présentant deux de ses tableaux de son genre SYBOLISME_POP (« Le Point J Paradoxes du Gosse-Booster »/ « Désodomie Métasymbolique de Marilyn… »/ et un portrait. Il ne vendit pas de créations mais reçu de bonnes critiques pour son travail… Ces tableaux était plus ou moins dans un style à part par rapport au sujet des enchères ce jour-là.



Vers l’an 2012 aussi, il réalisa une décoration dans un centre de danses urbaines. En plein cœur du centre-ville, Il avait là quasi-totalité d’une liberté graphique, et put pour la première fois faire la démonstration de ses compétences à pouvoir adapter sa créativité en fonction d’une commande professionnelle incluant une diversité de supports_Médias avec sa nouvel axe graphique actuel...



Année 2013_2014, Kaley Begal a fait partie officiellement de la sélection des artistes professionnels exposants et vendeurs de créations dans un Marché de la Création à Lyon situé secteur Saint-Paul_ Saint-Jean sur les Quais de Saônes. Ce marché de créations est un emplacement extérieur réservé à cet effet les dimanches matins (seulement) et pour l’instant le seul d’emplacement du genre à Lyon.

A cette occasion, les qualités de son axe graphique par ses tableaux de Portraits et ceux du genre Symbolisme-Pop (proche du Surréalisme) ont  été officiellement reconnues par les institutions administratives et commerciales relatives de la métropole de LYON comme faisant la Promotion du développement économique pour le secteur des Arts, des Savoirs, de la Connaissance à Lyon [Et donc aussi par-là, il y eut pour lui le  début d'une plus grande reconnaissance pour ce qui en découlle en tant que parts de sa contribution pour le développement et la pérénité (la sauvegarde) du Patrimoine intéllectuel et Culturel (dont immatériel) de la France].  [voir copie du document officiel après la fin de tous les textes].

Mais cette petite nouvelle étape commerciale franchie fut rapidement abrégée en 2014 pour cause de l’instabilité de ses ressources financières et matérielles … (il n’avait pas vraiment de domicile fixe à son nom, depuis ce premier appartement_atelier (logement social) assez spacieux qu’il avait réussit à obtenir et maintenir (…) entre_vers la fin de l’année 2005 et le cours de l’année 2007. [ Voir document relatif à la suite de cette description autobiographique.]

Et, il luttait déjà pour retrouver un domicile fixe… Continuant sa progression graphique en fonction de quelques ventes réalisées, du soutien financier et matériele de certains (comme son ex-petite amie de cette période) et des fluctuations en conséquences de son Revenu Minimum d’Insertion (aujourd’hui Revenu de Solidarité socle ou Active/ allié à une Prime d’activité (cela mise en place dés l’an 2015 perçu plutôt de manière exeptionnelle, ponctuelle_ comme durant la première phase de cette future période de mesures sanitaires exeptionnelles nationales relative à une certaine pathologie contagieuse s’étant développé à l’échelle internationale.



Ainsi au cours de l’année 2013-2014, les difficultés financières et matérieles auxquelles il faisait face furent telles qu’il a du aller vivre, un temps, dans une auberge de jeunesse située sur les hauteurs du centre-ville de LYON, une solution alternative de dernier recours qui n’était pas pour arranger ses difficultés car la configuration des lieux reste un lieux de passages touristiques... Mais là, il réussit quand-même à élaborer un bon projet de décoration incluant plusieurs planches en bois et un grand tableau, autour des thématiques principales qui étaient : Le voyages/ la diversité culturelles et la Convivialité/ la Culture et le Tourisme…



Pendant ce temps de l’an 2010 à 2014 : Kaley Begal réalisait un premier projet concret de design de Styles pour des produits du quotidien pour un de ses « clients », incluant plusieurs sessions d’esthétiques dont vestimentaires. Ce fut un projet très intéressant car celui lui a permis de valoriser ses compétences de concepteurs de styles dans la direction de ce grand secteur d’activité qu’est le design de produits.

Malheureusement, l’épanouissement de l’artiste dans cette direction fut abrégé par un désaccord ayant surgit entre lui et son client concernant certaines circonstances désignées par K. Begal comme empêchant le bon développement du projet global (notamment sur les questions des différentes intéractions relatives à l’évolution des diffusions de la promotion deleurs produits globals (art pour Kaley Begal) ainsi que des différents axes de leurs communications respectives.

Un bien grand dommage pour l’artiste qui comptait sur cette premier projet pour lui ouvrir les premières portes dans ce secteur d’activité-là.

Néanmoins, il peut reconnaitre ici que à travers ce projet-là aussi il a pu se confirmer pour lui des observations relatives à quelques manœuvres sous-jacentes et suspectes et évoluant en parallèle autour de son droit d’expression et de la construction de son identité visuelle générale _ dont artistique donc…Pendant qu’il tentait dés lors depuis de faire la part des choses, car il s’gissait d’un bien grand sujet




Pour la suite, en parallèle de son travail d’artiste: déjà dans un besoin de respecter le cadre défini par la loi, les sens et formulations des articles dans lesquels s’inscrivent une description plus détaillée des évènements suivants décrits ci-après, et dans un besoin de préserver une certaine cohésion et fluidité de lecture générale des documentations contenus de ce blog, il ne sera pas plus apporté, pour l’instant une description plus détaillée de ces évènements. Merci de votre compréhension.

Ainsi, au mois d’Octobre 2020, à l’heure où Kaley Begal relate ce récit autobiographique et depuis l’an 2014 (bien plus) K. Begal s’est retrouvé confronté à une augmentation de plusieurs procéssus agréssifs et nocifs pour de grandes parts de la continuité de la continuité de ses activités artistiques, dont aux sens commerciales, professionnelles, sociales…

Ce n’est pas seulement la teneur de dangerosité relatifs à tel ou tel évènement particulier, c’est aussi la succéssion et la somme croissante de différentes formes de menaces et d’agréssions plus ou moins directes_Avec leurs effets visuelles et psychologiques. On y compte harcèlements_dont moraux /menaces avec armes blanches / Présences abondantes et récurrentes d’insectes nuisibles selon les périodes, où il vit depuis à nouveau dans une chambre de foyer_logement social, secteur Lyon 9 ème à ce sujet les campagnes officielles de désinsectisations relatives qui ont eu lieu en étaient_sont les preuves formeles / il y a eu même des stratégies d’usures succéssives ayant insérés saturations de ses différentes tentatives de déposer plaintes auprès des institutions Légales relatives_En opposition donc de ses propres initiatives pour tenter de clarifier et résorber les conséquences de tels actes / et en ces circonstances d’usures il y a les pertes de ses données de créations, projets de collaborations potentielles contenus soit dans ses anciens cahiers notes personnels et/ou autres supports numériques « perdus »_récupérés_volés…

D’ailleurs on peut préciser ici que dés l’an 2015, concernant son lieu d’habitation relatif, en période de céssation temporaire d ’activités professionnelle en Art Visuels (depuis Septembre 2014 à Janvier 2018) K. Begal était venu avec pour seules perspectives d’évolutions prioritaires de se trouver un contrat d’embauche au sein d’une entreprise : ainsi employé avec un salaire mensuel régulier complémentaire à ses activités d’artistes, il aurait alors pu choisir lui-même de quitter l’emprise de ces établissement sociaux dans les délais les plus brefs, se dirigeant vers un appartement privé auprès d’un bailleur privé…



Tout cela s’inscrivant donc en un contexte où ses conditions de vie et ressources, amenuisés aux possibles, ont pu donner avantages aussi à certains de ses agresseurs « plus directs » (tels, par exemple, certains de ses voisins de palliers) pour extrapoler certaines de ses difficultés… Tout cela favorisant donc une forme de térreur organisée (certes pas aussi développée à quelques endroits du globe…) ainsi que une grande léthargie de certaines parts de son émancipation commerciale, professionnelle_ de petit entrepreneur individuel indépendant, de son émancipation sociale, etc sans compter le répercutions relatives à son image de professionnel…

Ces évènements-là l’ont même conduit à devoir vivre dans la rue, tentant de limiter le fait de devoir encore faire appel à la grâce de certaines personnes parfois simples fréquentations. Durant cette période il eut beaucoup de mal à faire valoir ses propres depots de plaintes auprès de quelques agents de polices relatifs selon leurs commissariats respectifs. Concernant les nuisances/ vols de certains de ses contenus artistiques et commerciaux/ et agressions ou tentatives d’agréssions…

Tout cela s’inscrivant donc évidemment aussi dans un contexte « politique » général depuis quelques années avec ses différentes phases gestions sociales…

Finalement, au cours de l’an 2019_2020, une petite part de ce qu’il a subi d’agressions a été reconnu durant un dépôt de plainte auprès du commissariat de police relatif _ et aussi la part de quelques aspects d’un procéssus persécutoire indéniable est reconnu par un corps médical relatif aussi…

Quoi qu’il en soit, K. Begal continue de créer, et de travailler à la concrétisation d’une promotion de sa communication professionnelle _ dont depuis l’an 2011 , la conception et la réalisation de premier livre_Book d’art support de cohésion, de structuration générale de sa communication générale…

Sont en cours de réalisations :

-la finalisation de la première phase pour ses séries de grands thèmes.

-la deuxième et troisième étapes de ses séries de photographies et sculptures _ incluant plusieurs sous-séries de modules sculptés dans plusieurs types de matériaux (fils de fer, plastiques découpés, etc).

- Une continuité de ses portraits nouveaux styles _ intégrant des portraits d’animaux…

- Une continuité de ses projets de design de produits…

-Un développement de la partie Graffiti-Art, avec toutes ses variations globales…

-Ainsi qu'un développement plus ciblé et organisé pour la partie « ABSTRACTIONS ».

Avec des sous-séries qui incluent des petits tableaux pour des budgets plus accessibles encore pour, donc, un public bien plus large aussi (telles que prévu depuis (…).

 

                                                                        ..................................................................... 










-



---------------------------------------------------------------------------------


-->  document administratif officel reconnaissant la qualité 

du développement de la intéllectuelle et du patrimoine culturel commun pour Kaley Begal



 




                                                                         
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                             - - - - Bon Voyage - - - -